top of page

Salut! Je suis María Rosenda Camey Huz

Image by Isaac Quesada
Rosenda Camey_edited_edited.png

Beaucoup me connaissent sous le nom de Saqijix Kamey U.s ou Nana Rosenda.
Je souhaite vous faire voyager à travers ma vie et mes expériences.

Qui suis je?

DSCF3316_edited.jpg

Je suis la petite-fille des grand-mères et grands-pères sages du peuple maya du Guatemala.

Je suis Maya Kaqchikel, petite-fille et fille de maïs. Dans mes veines coule le sang de l’ancienne sagesse des ancêtres mayas.

Fille de Felix Camey Calán et Felipa Huz León, je suis née dans une communauté remplie de plantes, de fleurs et d'arbres fruitiers. Chênes, pins, aulnes, entre autres. J'ai grandi parmi les animaux, les rivières et les grand-mères des pierres, des obsidiennes du territoire de cette communauté appelée Saqla'. Une très petite communauté d'hommes et de femmes, située à San Martin Jilotepeque, Chimaltenango.

JA YIN, MARIA ROSENDA CAMEY HUZ SAQIJIX

K'amo' Qatit Qamama', roma ri jun K'aslem

Mon Histoire

J'ai vécu à Saqla' avec mes parents, profondément connectée à la nature et dans un état d'innocence par rapport à ce qui se passait à l'extérieur de la communauté. Je remarquais seulement quelques différences avec la ville métisse et le fait que nous ne parlions pas la même langue. Je ne connaissais pas l'espagnol jusqu'à ce que j'aille à l'école, où on m'a forcé à l'apprendre, même avec violence, pour lire et écrire. J'ai commencé à être témoin de nombreuses injustices et, en tant qu'enfant, j'ai posé de nombreuses questions à mon père à ce sujet. Cependant, elles n'ont jamais été répondues car mon père ne comprenait pas non plus les raisons de ces injustices, du racisme et de la discrimination que nous subissions.
 

En 1980, la persécution des dirigeants de ma communauté a commencé, et parmi eux se trouvaient mes parents. C'était une période où notre peuple devait fuir loin de son territoire, se cachant dans des ravins, des montagnes et d'autres communautés pour protéger leur vie. Ainsi, le 1er mai 1981, ma famille a quitté la communauté pour chercher refuge dans un autre territoire. Nous avons dû tout laisser derrière nous - notre maison, nos animaux, nos biens... Tout, pour protéger nos vies. Nous avons dû endurer des expériences terribles et douloureuses, comme les effets de la politique de la "Tierra Arrasada", qui s'est transformée en un génocide de nos peuples. C'était grâce à la décision de mon père que notre famille a déménagé, dans le même pays, à San Lucas Tolimán, à Sololá.

Chimaltenango 1.jpg

Mon Processus de Guérison

IMG-20190522-WA0025_edited.jpg

Malgré avoir vécu beaucoup de douleur due au génocide, aux décès, aux enlèvements, à la torture et à la destruction, j'ai pu poursuivre mes études. J'ai même eu le privilège d'étudier à l'étranger, au Canada, puis à l'Université autonome de Madrid, en Espagne, où j'ai obtenu une maîtrise et présenté ma thèse sur les "Effets psychosociaux de la violence politique dans la communauté de Sacala, Las Lomas, San Martin Jilotepeque, Chimaltenango". Ma propre communauté.

Des années plus tard, à la suite des traumatismes et des blessures infligés par le génocide et, surtout, par les traumatismes de la colonisation auxquels le peuple autochtone maya du Guatemala a été soumis, j'ai commencé à souffrir d'une maladie grave. Il a été nécessaire de se tourner vers la Sagesse Ancestrale Maya pour ma guérison. Cette fois-ci, j'ai eu le privilège de recevoir des conseils des Grands-mères et Grands-pères, les Chronométreurs Ajq’ijab’, les guérisseurs de mon peuple. C'est grâce à eux et à la sagesse ancestrale de notre peuple que j'ai pu découvrir la racine de ma maladie et achever ma guérison.

Mon Parcours de Guérison Personnel

WhatsApp Image 2023-10-10 at 12.36_edited.png

J'ai commencé ainsi mon chemin en tant que guérisseuse, me souvenant que ma première enseignante en guérison était ma grand-mère Romelia, lorsque, enfant, je suis devenue son Chmiy’ (petite-fille assistante) pour la guérison de la communauté. Pour ce chemin et cette mission, je reconnais et honore tous mes autres enseignants en guérison : les Grand-mères et les Grands-Pères, les Gardiens du Temps Ajq’ijab’, les ancêtres du vent, les Grand-mères et les Grands-Pères d'autres communautés d'Abya Yala, ainsi que ma propre vie et existence.

Vers l'année 1996, j'ai co-fondé le Groupe de Femmes Mayas Kaqla' avec d'autres femmes. À ce jour, j'en suis toujours membre, et beaucoup d'entre elles, comme moi, sont des survivantes du génocide. Je suis également membre d'une organisation maya appelée CEDIM, avec laquelle je collabore depuis plus de 13 ans.

Aujourd'hui, je suis thérapeute pour de nombreux groupes de femmes, ainsi que des groupes mixtes d'hommes et de femmes et de jeunes de nos communautés mayas au Guatemala. Cependant, j'accompagne également des processus de guérison pour des collectifs et des individus de communautés autochtones et métisses dans divers territoires d'Abya Yala, tels que la Colombie, le Salvador, le Pérou, la Bolivie, l'Uruguay, l'Argentine, l'Équateur et d'autres pays. Je suis également co-auteure du livre intitulé "Raxalaj Mayab’ K’aslemalil - Cosmovision Maya, Plénitude de la Vie".

En plus d'être guérisseuse et thérapeute, pour ma grande joie, je suis Mère de trois belles filles, Ixkaj, Ixulew, Chomija’. Elles sont ma force pour continuer mon chemin de guérison, car si je guéris, elles guérissent aussi. Nous guérissons nos lignées, guérissons la famille, le passé, le présent et le futur. Nous guérissons collectivement. Nous guérissons tous. Et surtout, nous guérissons avec la Mère Terre.

La méthodologie de guérison est basée sur le calendrier maya et la vision du monde du Peuple Maya ; avec le cœur du cosmos, le cœur de la Mère Terre, le cœur des Grand-Mères des Eaux, le cœur du Grand-Père du Vent, la force du Grand-Père du Feu, les Grand-Mères des Plantes, le Grand-Père du Soleil, la Grand-Mère de la Lune, les Grand-Mères des Étoiles, avec l'ensemble de l'Univers, du Plurivers.

Paxil, Kayala, Ka’i’ Tz’i’, Guatemala, le 16 octobre 2023.

bottom of page